expert comptable en ligne

La sieste au travail : Pour ou contre ?

 In Actualités

Piquer un petit roupillon au bureau, le rêve non ?

Une nuit courte, un coup de pompe dans la matinée, un coup de mou après la pause déjeuner… la fatigue se fait sentir rapidement. Vos paupières se font lourdes, votre attention se réduit et votre productivité est en baisse. Vous auriez bien besoin de « siester » pour vous rebooster. Mais où en sommes-nous en France sur le sujet ?

La sieste, une pratique déjà répandue dans le monde

Au pays du Soleil Levant, certaines entreprises imposent à leurs salariés de faire la sieste. En Chine, cette pratique est même considérée comme un droit reconnu par la Constitution ! Aux Etats-Unis encore, elle est de plus en plus courante, inspirée notamment par Google ou par le Huffington Post, qui ont mis en place des salles de repos et autres bulles de sieste pour les employés !

Alors que la sieste au bureau s’est démocratisée un peu partout dans le monde, elle reste cependant un sujet tabou dans l’Hexagone, assimilée à de la flemmardise. Résultat : 19% des salariés français reconnaissent « piquer du nez » en cachette (selon une enquête commandée par l’Institut national du sommeil et de la vigilance).

Malgré notre retard, l’idée d’intégrer cette pratique au sein des entreprises progresse et certaines sociétés comme Renault ont déjà compris l’intérêt de la mettre en place.

« Les retours sont très positifs. Les salariés évoquent une déconnexion suffisante pour récupérer, et aucun conflit avec la hiérarchie. D’ailleurs, les managers aussi sont satisfaits et fréquentent la salle » raconte le Dr Guillemette Latscha, médecin coordinateur du groupe. (source: Europe 1)

Zoom sur les bienfaits de la sieste

Plusieurs scientifiques s’accordent à dire qu’une sieste de 20 min prise 6 heures après le réveil pourrait améliorer la productivité d’un salarié d’environ 40% !

Ce petit somme permettrait aux 80% des actifs ressentant la fatigue de temps à autre au travail de se réinvestir pleinement dans leur travail après le repos.

Elle favorise la mémoire mais surtout permet d’être bien éveillé, et donc d’être plus concentré et plus performant, ce qui est autant bénéfique pour les salariés que pour l’entreprise en question !

De plus, faire la sieste réduirait les risques psychosociaux comme le burn-out, un concept souvent traduit par « épuisement professionnel ».

Que dit la loi en France ?

Même si la réaction de votre employeur est prévisible, le droit du travail n’interdit pas de faire la sieste au travail. Mais qu’en est-il de la jurisprudence ?

Eh bien, tout dépend des cas. Dans certains cas, faire la sieste au travail peut-être considérée comme une faute grave, comme le démontre le cas jugé en 2011 par la Cour d’Appel de Riom : un salarié employé sur un chantier a été surpris à faire la sieste dans un véhicule appartenant à l’entreprise, en dehors de ses heures de pause. Résultat : il a été licencié pour faute grave.

Outre ce cas, une sieste non approuvée par la direction d’une entreprise peut tout à fait constituer un motif de licenciement. Mais à une condition : l’employeur doit être en mesure de prouver la date et la durée de la sieste, afin de s’assurer qu’elle n’était pas faite dans le cadre d’une pause légale. L’arrêt de la Cour d’Appel d’Angers n° 09/02711 stipule que : « Si les temps de sieste reprochés ne sont pas datés et leur durée n’est pas dite, le grief n’est pas établi »

Vous souhaitez savoir si la sieste est autorisée sur votre lieu de travail ? Le mieux est de se tourner vers le règlement intérieur de votre entreprise car, attention ! Une interdiction qui n’est pas clairement stipulée n’en est pas moins autorisée.

 

Articles récents

Merci de bien vouloir renseigner les champs suivants.
Un conseiller vous rappellera dans les meilleurs delais.

J’accepte que les informations saisies soient exploitées à des fins de prospection commerciale par SmartWiz. Modalités de désinscription et mentions légales consultables en bas de page.

(*) Champs obligatoires